PERSÉCUTIONS DANS LE MONDE


Les autorités vietnamiennes et des groupes soutenus par l’État continuent de persécuter les catholiques après la violente répression de vastes mouvements pacifiques de protestation à Hanoï, en septembre.

De nombreux catholiques ont pris part en septembre à des manifestations pour soutenir l'Eglise qui réclame la restitution de terres confisquées. Ce mouvement de protestation a débuté en décembre 2007, à la suite d’un long litige portant sur deux parcelles de terrain, à Hanoï. Ces terres qui appartenaient de longue date à l’église catholique avaient été confisquées par l’État dans les années 1950. Les négociations entre l’église et le gouvernement ont été bloquées en février 2008 (il n'est pas rare en fait que l'état vietnamien confisque des terre ou interdise des constructions, ou même des réparations, d'église).

Aussitôt, l'Etat s'en est pris à l'Eglise au moyen d'une escalade de menaces et de violences physiques, comme l’a montré Amnesty International dans sa synthèse intitulée After the crackdown : attacks and intimidation.
En parallèle, les média, directement contrôlés par l’État, ont également lancé des campagnes afin de discréditer l’archevêque de Hanoï et d’autres personnalités de l’église ainsi que les manifestants.

À mesure que cette campagne s’intensifie, des contre-manifestants et des groupes soutenus par l’état se rassemblent à l’extérieur de l’archevêché et de la paroisse Thai Ha de Hanoï, afin de harceler et de menacer les membres du clergé et les paroissiens aux sons de « mort à l’archevêque » et « mort aux prêtres ». Une église au moins a déjà été la cible de jets de pierre.

« ils insultent nos mères et nos pères et crient des choses comme 'mort à l’archevêque' et 'mort aux prêtres'. Dimanche dernier, quand je suis revenue de l’église, il y avait peut-être 400 ou 500 personnes qui hurlaient des slogans et brandissaient des banderoles. Beaucoup portaient des chemises bleues. » a déclaré une jeune femme à Amnesty International.

Par ailleurs, le gouvernement a eu recours au droit pénal pour étouffer la liberté d’expression. Quatre manifestants ont été arrêtés et accusés, et de nombreux paroissiens ont été convoqués pour être interrogés par la police ces derniers jours. On pense que les hauts représentants de l’église risquent également d’être arrêtés.

Amnesty International appelle le gouvernement vietnamien à respecter les droits à la liberté d’expression et au rassemblement non violent, ainsi que la liberté religieuse, sans discrimination.

L’organisation demande également la libération immédiate et sans condition des personnes qui ont été emprisonnées pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions.


Dimanche 17 octobre 2008

Le prêtre carme Thomas Pandippallyil, âgé de 37 ans, a été retrouvé sans vie dimanche dans la zone de Yellareddy (district de Nzamabad), dans l'État indien d'Andhra Pradesh, où les violences sont vives.

Le visage du prêtre retrouvé dans « une partie déserte du village de Balampilly », était défiguré avec « des signes flagrants de torture », indique l'archevêché.

Il aurait été tué dans la nuit de samedi, dans des circonstances non encore élucidées : le matin, le P. Pandippallyil avait célébré une messe dans le village de Mass Burgida et dans une agglomération voisine, après s'être rendu dans un couvent sur sa route.

Le P. Pandippallyil avait rejoint la mission carmélite de Chanda en 1987 et avait été ordonné prêtre en 2002. Il était particulièrement engagé dans le domaine de l'éducation.

Une enquête devrait éclaircir les circonstances de cette mort.

Recommander ce site

Calendrier

« octobre 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Catégories



Parse error: syntax error, unexpected $end in /home/indignat/www/persecutions/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 784