PERSÉCUTIONS DANS LE MONDE


Le père Bernard Digal est mort tragiquement le mardi 28 octobre suite aux blessures imposées le 25 août dernier par des radicaux hindous lors des violences qui ont secouées (et secouent toujours à la date de ce post) la région de l'Orissa en Inde. Le père Digal appartenait à l’Archidiocèse de Cuttack-Bhubaneshwar, en Orissa.

Le père Bernard, 45 ans, avait été transporté à l’hôpital de Chennai, dans le Tamil Nadu, pour être soumis à une intervention chirurgicale délicate à la tête, mais son corps, mal remis des nombreux traumatismes, blessures et lésions, a cédé.

“Durant sa vie, le père Bernard a montré détermination et courage en témoignant et en mourant pour le Christ. Il est mort en véritable chrétien, et juste après l’agression qu’il a subi, il a pardonné à ses ennemis et ses persécuteurs. Notre affection et nos prières vont à toutes les personnes qui lui sont proches, pour les renforcer et les encourager dans ce moment de difficulté”, a déclaré le père Mrutyunjay Digal, prêtre du même archidiocèse et secrétaire de l’Archevêque local, Mgr Raphael Cheenath.

Des messages de condoléance et de solidarité sont arrivés en Orissa de nombreux diocèses, de la Conférence épiscopale, de mouvements et associations chrétiennes comme de plusieurs organisations civiles. En se préparant à célébrer les obsèques, la communauté catholique locale affirme que “l’intercession du père Bernard du Ciel donnera réconfort et espérances à tous les chrétiens persécutés en Orissa”.

Le 18 août dernier, le corps d'un prêtre carme avait été retrouvé assassiné dans l'Andhra Pradesh. Selon certaines organisations chrétiennes indiennes, on compterait environ 100 morts, des milliers de personnes blessées ou malmenées, alors que les massacres, plus ou moins cachés, continuent. Environ 15.000 chrétiens sont encore dans des camps de réfugiés, alors que 40.000 ont fui dans les forêts ou dans d’autres lieux, terrorisés et dépossédés de leurs maisons et propriétés par des groupes extrémistes hindous.

Les autorités chassent systématiquement les religieux qui sont découverts hors des camps de réfugiés afin de les livrer aux mains des fanatiques. Quand les policiers ne battent pas eux-même les catholiques. Le père Digal s'était indigné du comportement des autorités, ainsi que d'autres religieuses, lors de l'attaque de son église où il avait été laissé pour mort.

Recommander ce site

Calendrier

« octobre 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Catégories



Parse error: syntax error, unexpected $end in /home/indignat/www/persecutions/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 784